Lieux de stages des promotions précédentes

Ambassades de France

J’ai effectué un stage de 6 mois au service presse de l’Ambassade de France à Port Louis, à l’île Maurice, de février 2016 à Août 2016. (…) Chaque ambassade comporte généralement un service de presse. Compte tenu de la taille de l’ambassade, j’était sa seule représentante et mes missions étaient multiples :
– Animation du site internet de la page Facebook de l’ambassade
– Réalisations de contenus web : articles, photos et vidéos.
– Veille d’information, c’est-à-dire lecture quotidienne de la presse mauricienne et française, écrite et web.
– Rédaction de notes politiques et revues de presse
– Relations publiques lors des déplacements et rencontres de l’Ambassadeur et de la première conseillère.
– Relations presse : communication sur les événements, organisation d’interview.
– Organisation de conférences de presse
– Communication sur l’événement Goût de France/Good France : Participation des restaurateurs mauriciens, sous la forme d’un dîner, pour rendre hommage à la cuisine française,
– Conception et organisation de l’événement « l’Euro à Maurice » autour de trois opérations : tournoi des écoles de football représentant les équipes européenne, tournoi de jeux-vidéos sur FIFA 16 et quizz de l’Europe avec les élèves des écoles françaises.
Mon stage s’est très bien passé. J’étais en relation directe avec la première conseillère et mes missions se sont dessinées en fonctions des besoins de l’ambassade et de mes compétences. Je pense avoir noué de bonnes relations avec mes collègues. Mais surtout, j’ai eu la chance d’avoir une tutrice bienveillante avec qui j’ai noué une très bonne relation. Elle était consciente qu’en tant que stagiaire, j’étais là pour apprendre, tout en m’accordant une certaine liberté et sa confiance sur mes missions. Et toujours avec bonne humeur, c’est important.
N’étant pas tout à fait formé pour la communication et l’événementiel, j’ai découvert la difficulté des missions en les réalisant. Je pense que c’est le meilleur moyen d’apprendre, surtout lorsqu’on est bien entouré. L’organisation d’événements par exemple, s’est révélé plus complexe que je ne le pensais. En sollicitant l’aide de mes collègues et de leurs compétences, tout s’est finalement bien passé.
(…) Aujourd’hui, je prépare des concours d’entrée dans des écoles de journalisme à Paris et Lille. La communication a été une bonne expérience mais je me suis rendue compte que je n’aimais pas tellement ça, donc je me reconvertie. En parallèle j’écris des piges pour Paris Normandie, le journal local de ma région. (…) Le M2 m’a énormément apporté en termes de connaissances en relations internationales et sur les élections. C’était beaucoup plus concret que la licence. J’espère que ces connaissances me serviront pour les concours !
Le stage m’a aussi beaucoup appris. Je sais maintenant gérer du contenu web, j’ai maintenant quelques bases en événementiels, j’ai amélioré mon style d’écriture. ça t’apprend énormément aussi sur ta manière de gérer tes relations hors de l’entreprise et dans l’entreprise.

Amel – Liban PHP

J’ai été stagiaire lors de mon M2 au sein de l’ONG Libanaise « Amel Association International » à Beyrouth. Amel est une organisation non-gouvernementale et non-confessionnelle créée en 1979 pendant la guerre civile et l’occupation israélienne du Sud Liban. (…) Lors de ce stage j’ai été affecté au département communication. A noter que la Communication Officer avait dû démissionner un mois avant mon arrivé, je me suis retrouvé ainsi rapidement avec un travail important. Qui plus est je suis arrivé au moment où l’ONG démarrait sa campagne autour de sa nomination au Prix Nobel de la Paix 2016. Je me suis rapidement retrouvé co-responsable du dossier qui est devenu un véritable projet en lui-même. Mes missions ont tourné autour d’actions de plaidoyer (advocacy), rencontres avec des key actors, campagne de sensibilisation, organisation d’une conférence internationale, montage d’un comité de soutien parlementaire, montage d’événements dans des lieux publics, etc. L’expérience fut intense mais extrêmement enrichissante. Elle ne m’a pas permis de réaliser mon mémoire dans les temps (je le termine donc actuellement), mais m’a beaucoup apprise et apportée. Je suis aujourd’hui Communication Officer dans l’ONG, poste que j’occupe via un contrat de Volontariat de solidarité internationale en partenariat avec le Service de coopération et de développement. Amel m’a proposé ce poste directement à la suite de mon stage.

Arab Working Group For Media Monitoring – Tunisie
Association pour la récupération de la mémoire historique – Espagne
Centre pour la gouvernance démocratique – Burkina-Fasso

Centre for Democratic Transition (ICDT) – Budapest Hongrie

J’ai découvert cette ONG en effectuant des recherches sur internet.Il y avait bien une offre mais il s’agissait d’une offre générique qui existe probablement toujours. Au final, ça ressemblait plus à une candidature spontanée car l’offre de stage ne précisait pas le poste et les missions à pourvoir.
La majeure partie du temps je recherchais des opportunités de financement (appels à projet de bailleurs), je réalisais des recherches de fond pour le montage de nouveaux projets et préparais les dossiers projet pour répondre aux appels d’offre desdits bailleurs.
Je travaillais avec deux employées de l’ICDT, et partageais leur bureau. Deux autres stagiaires sont arrivées ensuite. Donc j’ai travaillé en groupe, d’abord avec les employées de l’ICDT, puis avec deux autres stagiaires en supplément.
Ce stage a été ma première réelle expérience professionnelle en lien avec mes études, il ma donc apporté un premier contact avec le monde professionnel. Cela m’a permis de développer mes compétences rédactionnelles en anglais, d’apprendre à répondre à des appels d’offres, etc.
Après le master j’ai cherché un emploi pendant un an sans succès. J’ai donc décidé de faire un second Master 2 en Development economics and international project management. Et désormais, je travaille pour l’Agence française de développement.

Coalition des Femmes de Tunisie
Coalition for Democracy Civil Society – KIRGHIZISTAN
Commission Electorale de Sao Tomé
Concertation Nationale de la Société Civile ( CNSC Togo)
Conseil National électoral du Vénézuela

Conseil de l’Europe – Commission de Venise

L’étudiant a répondu à l’offre du Conseil de l’Europe pour intégrer la Commission de Venise. Cette dernière candidature a dû être faite à travers le site spécialisé du Conseil de l’Europe pour les offres de stage. Il a dû remplir le formulaire en ligne avant les dates signalées et ensuite envoyer les documents nécessaires par le biais du site. Ne comptant pas avec un réseau professionnel très développé en Europe, il a envoyé autour de 30 candidatures entre novembre 2013 et janvier 2014.
Au retour des vacances de Noël, il a reçu un email du Conseil de l’Europe expliquant qu’il était le troisième dans la liste des candidats pour les deux postes à la Commission de Venise. Une des deux premières personnes ayant renoncé au stage, il était le candidat suivant à être contacté.
Pendant les deux premières semaines de stage, lui, ainsi que tout le groupe de stagiaires du Conseil de l’Europe, ont pris connaissance des installations du Conseil, même s’il les connaissait déjà, car il avait participé au Forum Mondial de la Démocratie en 2012. Néanmoins il en a profité pour rencontrer de nouvelles personnes et se faire de nouveaux contacts. Il nous a également affirmé qu’il a pu participer à toutes les tâches décrites sur le profil de stage. Son profil de juriste a été très important pour le travail car il était l’assistant juridique des administrateurs. Mais le fait qu’il parle également arabe a été un atout car il pouvait analyser les textes en langue originelle plus rapidement et sans besoin d’attendre les traductions.
Son expérience de stage s’est très bien déroulée et elle a aboutie à une proposition de Contrat d’Expert au sein de la Commission de Venise, où le stage a eu lieu, malheureusement il n’a pas pu l’accepter n’étant pas ressortissant d’un pays Européen.

Consulat du Marcoc – Lyon
Délégation de l’Union Européenne – Egypte
Ecole de la Paix – Grenoble
Fédération Internationale des Droit de l’Homme – Genève
Friedrich-Ebert-Stiftung – Bureau Tunis
International Center for Democratic Transition Budapest
Institut National de Recherche Scientifique
Centre Urbanisation Culture et Société – Canada
Mairie de Saint-Denis de la Réunion
Ministère des Affaires étrangères
Mission permanente de la France – Genève
Mouvement Européen International à Bruxelles

Organisation Internationale de la Francophonie

J’ai effectué un stage de fin de formation au sein de l’OIF. Mon stage a duré six mois au total, du 1er février au 31 juillet 2016. J’avais déjà eu, pour mes quelques expériences électorales, de premiers contacts avec l’Organisation, et je savais par conséquent que par moment l’OIF avait recours aux stagiaires. J’ai donc spontanément posé ma candidature pour ce stage pour lequel j’ai également dû mettre à contribution mes contacts.
Affectée à la « Direction affaires politiques et gouvernance démocratique » (DAPG) et principalement rattachée au programme « Prévention des conflits et gestion des crises », j’ai travaillé à la fois avec les spécialistes ayant en charge la « Prévention des conflits et gestion des crises » d’une part et d’autre part les « Transitions et processus électoraux ».
J’ai eu pour obligations professionnelles :
– La rédaction de notes de synthèse et d’analyse, de dossiers de pays, de correspondances, de rapports, de documents d’information et de communication sur des activités organisées par la DAPG, et de tout autre document demandé par la référente ou tout agent de la DAPG, notamment les spécialistes de programmes.
– La préparation du rapport mensuel de la « Commission politique », à laquelle siègent tous les délégués des États membres de l’OIF.
– Le suivi (rédaction des rapports, procédure de validation, diffusion) des missions d’information et de contact (MIC) et des missions électorales.
– L’appui (administratif entre autres) à la préparation et au déploiement des MIC.
– La veille et la recherche d’informations relatives au suivi des situations de crise ou de transition démocratique dans l’espace francophone.
– L’appui, si nécessaire, à l’organisation d’événements initiés par la DAPG…
Fortement intéressé par les problématiques liées à la promotion de la paix et de la démocratie dans les pays en voie de développement, à travers l’organisation d’élections libres et régulières, je me suis mis à la recherche sur internet, d’une formation qui me permettrait de réaliser mes objectifs professionnels, tout en complétant mes acquis académiques. Le contenu et la programmation (6 mois de cours + 6 mois de stage) du Master 2 rentrait donc en droite ligne avec mes ambitions.
J’ai fait mon stage à l’Organisation internationale de la Francophonie plus précisément au sein de la Direction de la paix, de la démocratie et des droits de l’Homme (actuelle Direction Affaires politiques et gouvernance démocratique). Le bilan de ce stage a été très positif, notamment pour le contact avec des professionnels de haut niveau et extrêmement compétents dans leur domaine, pour l’évolution dans un environnement multiculturel et pour la mise en situation et l’application des connaissances acquises pendant les cours de M2 (Contribution à l’organisation de missions électorales, Rédaction de notes d’analyse et de rapports techniques…).
Après le stage, il n’y a pas eu d’écart entre mon parcours professionnel et mon projet professionnel. J’ai pu mettre en pratique les acquis académiques du M2 (expertise électorale, analyse politique…) au sein de diverses institutions : Assemblée parlementaire de la Francophonie (Chargé de programmes : participation à plusieurs missions politiques et électorales dans de nombreux pays d’Afrique), Organisation internationale de la Francophonie (diverses missions d’expertise électorale), cabinet du Préfet de Paris.
Je suis désormais rédacteur au sein du Cabinet du Préfet de Paris.

Programme des Nations unies pour le développement – Guinée

Joseph a fait plusieurs demandes de stage en Europe et en Afrique notamment dans les ONG et institutions internationales. Il a préféré la réponse positive du programme des nations unies pour le développement (PNUD) à travers son projet Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) en Guinée Conakry.

Le programme des nations unies pour le développement (PNUD) fait parti des programmes et fonds de l’ONU. C’est un programme qui travaille en collaboration avec l’ONUSIDA, l’OMS etc. Son siège est à New-york aux USA. Son rôle est d’aider les pays en développement en leurs fournissant des conseils mais également en plaidant leurs causes pour l’octroi de dons. Il aide principalement à :
– promouvoir la gouvernance démocratique;
– réduire la pauvreté;
– prévenir les crises (catastrophes, guerres…);
– aider à la gestion durable des ressources ( énergie, environnement);
– empêcher la propagande du VIH/SIDA;
– de manière globale promouvoir le développement humain.

Au cours du stage,il était chargé d’analyser les courriers de demande de financement, il rédigeait également les termes de référence des activités à mener par l’ONG et élaborait les fiches d’évaluation du projet. Il a également fait l’analyse d’un projet de construction de deux commissariats de Police à Conakry.

Le stage lui a permis de savoir comment analyser et coordonner un projet, mais aussi de comprendre la situation des forces de défense et de sécurité de Guinée. Après le stage, il a travaillé dans une ONG Suisse dans le cadre de la RSS avant d’être employé par le PNUD dans un projet de consolidation de la paix au niveau transfrontalier précisément dans l’espace Mano River Union. C’est un espace qui comprend les frontières de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Conakry, de la Sierra Léone et du Liberia. Il a été recruté en qualité d’expert en sécurité. Il intervient dans la paix et la sécurité.

Université des Andes-groupe de recherche en gestion et politiques – République Bolivarienne