Deux étudiantes du Master PIAT au salon des métiers de l’humanitaire

Le 26 novembre 2016 s’est tenue la 5ème édition du salon des Métiers de l’Humanitaire du Grand Genève à Annemasse, au complexe Martin Luther King. Cet évènement qui a lieu tous les 2 ans, a suscité le déplacement de deux étudiantes Diane Dromard et Samihate Hassan en Master 2 de Science Politique spécialisé en Politique international et analyse des transitions (PIAT). Cela a été l’occasion pour elles de découvrir ce qu’est le Salon des Métiers de l’Humanitaire, mais aussi d’aller à la rencontre de certaines ONG qui leurs étaient encore inconnues.

annemasse

A 10 heures nous arrivons sur les lieux après deux heures de route en covoiturage. Avant d’accéder au complexe, un passage aux portiques détecteurs de métaux est obligatoire. Après un petit contrôle nous arrivons dans une grande salle. Elle est divisée en plusieurs compartiments où chaque ONG tient son stand. Cependant l’endroit paraît étroit par rapport au nombre d’organisations présentes.

Une grande foule hétérogène remplissait déjà les lieux, des jeunes surtout. Plus d’une cinquantaine d’ONG ont pris part à cette rencontre, dont Action contre la faim, Médecins du monde, Afrane, Croix-Rouge Française, Islamic Relief, etc. Et leurs représentants tels des courtiers sont tous dans les starting-blocks pour publiciser leurs actions et leurs zones d’interventions. Pour attirer les visiteurs à leur stand, des ONG avaient adopté des stratégies marketing comme mettre des friandises à leur stand, pendant que d’autres distribuaient des marques pages ou des stylos. Certains stands étaient plus visités par rapport à d’autres, c’est le cas d’Action contre la faim, Handicap international, mais aussi Solidarités internationale. Les ONG les plus connues attiraient plus de monde à leur stand. Une minorité d’écoles de commerces et de l’humanitaire faisaient elles aussi leur promotion à l’exemple de l’Institut Bioforce, l’Université de Genève et l’Ecole 3A.

Une grande partie des ONG ont leur siège en Europe mais agissent à l’international. Afrane par exemple son siège est à Paris et elle milite pour la formation pédagogique (formation d’enseignants, bibliothécaires), la reconstruction (réhabilitation et construction d’établissement scolaires), l’équipement (mobilier et fourniture scolaire) en Afghanistan. Il en est de même pour Solidarités internationale son siège est également à Paris, elle agit surtout en Asie et en Afrique pour l’accès l’eau potable et son assainissement, l’aide alimentaire et la reconstruction d’habitat.

Nous sommes quasiment passées voir tous les exposants et certains étaient plus intéressants que d’autres. Par exemple Norlaha est l’ONG qui a interpelé Diane qui a eu un bon contact avec l’exposant. Son but est d’apporter un soutien aux populations himalayennes, en particulier les femmes, en mettant en place des programmes de développement durable pour les aider à sécuriser leurs revenus et à améliorer leur condition de vies.

Samihate quant à elle était intéressée par Première Urgence qui œuvre pour la couverture des besoins fondamentaux de victimes civiles mises en péril, marginalisées ou exclues suite à une catastrophe naturelle, de guerre et de situations d’effondrement économique. Ce qui paraissait beaucoup plus avantageux c’est que les stagiaires sont d’abord formés entre 3 et 6 mois et partent ensuite en action humanitaire sur le terrain.

Nous avons profité de notre venue au salon pour interroger quelques visiteurs. Nous voulions savoir quels pouvaient être les profils des personnes qui se rendaient au salon, quels avaient été leur parcours académique ou professionnel, quels pouvaient être leurs attentes et ce qu’elles pensaient de l’événement. Marie, 27 ans et Anne Gaelle, 28 ans, toutes deux amies sont diplômées de l’école Bioforce. Elles sont venues car elles habitent Annemasse, et puisque l’entrée est gratuite elles ont pensé que cela pouvait être l’occasion de faire un tour des ONG pour trouver un emploi sans réelle attente derrière. Jules, 20 ans quant à lui est accompagné par son père. Un collègue du père leur a recommandé le salon. Jules part dans quelques mois en mission humanitaire en Afrique, il voulait se familiariser un peu avec le monde des ONG et échanger avec des personnes du métier pour se préparer au mieux avant son départ. Nous avons également interrogé quelques exposants vis-à-vis du salon. Par exemple nous avons parlé à Soraya, chargée de projet pour l’ONG Islamic Relief. Elle nous a raconté que leur ONG était présente à toutes les éditions et que le salon accueillait un public très varié même si il y avait une majorité d’étudiants. Beaucoup d’étudiants qui comme nous sont à la recherche d’un stage. Cependant, elle nous a indiqué qu’elle avait rarement rencontré des étudiants venant d’une filière Science Politique et que la plupart des étudiants provenaient de parcours en Action humanitaire. Pour son ONG, le but principal de la journée était de pouvoir recruter un nouvel employé pour leur ONG. Ainsi, nous avons pu voir que le salon était composé d’un public très hétérogène, si certains viennent seulement pour « jeter un coup d’œil », beaucoup de personnes ont compris que les salons comme celui-ci étaient un moyen de contact direct pour pourvoir ses objectifs professionnels.

L’évènement en lui-même est intéressant dans le sens où il permet d’aller à la rencontre d’acteurs professionnels. Toutefois on a l’impression parfois d’être dans une vente aux enchères. La plupart des ONG vantent leurs mérites tout en dévalorisant parfois sans forcément en avoir conscience une autre ONG active dans le même champ d’action « nous nous faisons ceci… alors que l’autre ne se limite qu’à ».. Le salon en soit est une représentation de ce que peut être la concurrence entre les ONG. Les plus grosses ONG peuvent être les plus déroutantes et donnent l’image de véritables entreprises, brassant des sommes d’argent astronomiques, affichant de belles ambitions ainsi qu’une éthique et prônant les valeurs des droits de l’Homme. Mais ces ONG donnent l’impression d’imposer un certain modèle (occidental ?) dans les pays dans lesquels elles interviennent et nous regrettons le manque de la présence de plus d’ONG locales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.