Le processus électoral en Colombie

Conférence de rentrée du 3 octobre 2017

« Le processus électoral en Colombie et son organisation, dans le contexte du post-conflit, et des suites de l’accord de paix avec les FARC »

Avec la participation de M. Juan Carlos Galindo Vacha – directeur de la Registraduria nacional del Estado civil en Colombie (organisme chargé de l’identification des citoyens et la mise en place des processus électoraux).

La Registraduria nacional del Estado Civil est une institution autonome colombienne créée en 1948 pour accomplir 2 missions prépondérantes pour l’exercice de la démocratie comme le souligne l’intervenant. Elle a tout d’abord pour rôle l’identification des citoyens colombiens. Comme son nom l’indique, elle doit, dans un premier temps, tenir un registre civil national de tous les citoyens colombiens, mais également délivrer toute forme de documents permettant l’identification et l’accès aux droits civiques, tels que les cartes d’identité. Sa deuxième mission est l’organisation matérielle des élections nationales.

L’intervenant explique que l’institution a été créée afin de combler un déficit démocratique inhérent à l’attribution auparavant de ces deux missions au gouvernement. En effet, avant 1948, les tensions entre le parti libéral et son adversaire conservateur, ont été responsables de plusieurs déficiences au niveau de l’organisation des élections. L’intervenant souhaite nous présenter le fonctionnement de la Registraduria et son important rôle dans l’exercice de la démocratie à travers 4 vidéos illustrant les missions concrètes qu’elle assure au quotidien.

La 1ère vidéo présente la Registraduria en tant qu’institution nationale et ses tâches au quotidien. La première étape de la citoyenneté est présentée comme l’identification dès la naissance. On insiste sur la diversité culturelle dans le pays qui est largement représentée dans la vidéo. L’institution se veut comme un élément de connexion entre chaque élément de cette diversité et l’Etat colombien. « En Colombie nous sommes tous la démocratie ». L’institution se veut le garant de l’accès du citoyen colombien à l’exercice de ces droits civiques.

L’intervenant nous rappelle que l’organisation des processus électoraux en Colombie est soumise à deux autorités : la Registraduria et le Conseil national électoral. Ce dernier a comme tâche la supervision des partis politiques et leur financement mais également l’organisation des élections de manière générale, et la comptabilité des résultats électoraux. La Registraduria est chargée de l’inscription des colombiens et de l’organisation matérielle des élections. Elle bénéficie du statut d’organisation autonome, avec presque 1200 bureaux dispersés partout en Colombie, 3800 fonctionnaires et plus de 20.000 personnes les rejoignent en période électorale.

La Colombie connait depuis les années 50 le plus long conflit interne paramilitaire de l’histoire moderne entre l’Etat colombien et les FARC. Il y a 5 ans, le dialogue a été entamé pour aboutir à un accord de paix pour rétablir l’ordre dans tout le territoire. Finalement, le 26 septembre 2016, les négociations entre l’Etat et les FARC ont abouti à la conclusion de l’accord de paix, qui prévoyait qu’une des obligations de son exécution était de le soumettre à l’accord du peuple à travers un plébiscite. L’intervenant insiste sur le fait que l’organisation de ce plébiscite a été un réel défi pour la Registraduria. En effet, il s’agissait de mettre en place en moins de 6 semaines un processus électoral pour 35 millions de personnes et dans 64 pays autour du monde.

Dans la 2ème vidéo, il est question du transport des outils électoraux qui serviront à l’exercice du vote, par voie terrestre, fluviale ou aérienne. L’intervenant dans la vidéo insiste sur l’importance de permettre l’accès à ces outils à chaque citoyen. Chaque convoi est accompagné par la force publique, comme il est historiquement de rigueur en Colombie. Selon l’intervenant, si tout le monde savait les efforts mis en œuvre par la Registraduria pour mettre en place les processus électoraux, tout le monde ferait l’effort de voter. L’institution a établi 12 000 lieux de votes dans tout le pays, avec 82 000 urnes, qui étaient disponibles le long de la journée électorale, qui en Colombie dure de 8h à 16h.

La 3ème vidéo illustre la journée de vote du 2 octobre 2016. La Registraduria a organisé plusieurs simulations en amont et a su tirer profit des nouvelles technologies dont elle dispose. Après la fin de la journée de vote qui dure en Colombie de 8h à 16h, on procède à la récupération du matériel de vote de tous les bureaux de votes, et à son regroupement dans les points relais des capitales des départements pour être comptabilisé. Le 2 Octobre 2016 pour le référendum dit « de la paix », seulement 37,3% des inscrits ont participé. La Registraduria s’est toutefois montré d’une grande efficacité, car en 55 min, les résultats étaient comptabilisés à 98%.

Selon l’intervenant, une double déception a été engendrée par la très faible participation qui aurait en quelque sorte délégitimé le résultat, et relevé de nombreuses failles dans la campagne précédant le référendum. Ensuite, le gouvernement était très confiant sur la victoire du oui, et a vécu la victoire du « non » au faible taux de 50.23% comme une frustration. Les négociations avec les FARC ont repris le jour même et le 24 novembre un nouvel accord de paix a été conclu, et soumis cette fois-ci au Congrès de la République qui l’a approuvé. Il s’en est suivi une très longue polémique qui remettait en cause sa validité du fait que la modification n’a pas été soumise au vote du peuple.

La 4ème vidéo présente le défi suivant qui s’est présenté à la suite de la validation de cet accord, qui est celui d’intégrer les 9000 anciens guérilleros dans la société Colombienne. Pour cela, le gouvernement a mis en place 26 zones rurales transitoires destinées aux anciens guérilleros pour leur permettre de connaître un début de vie civile. Ces 26 zones rurales sont construites et organisées de façon à ce qu’ils puissent vivre de manière autonome et complémentaire. Il est également question d’accompagner leur changement de vie, en mettant en place des activités culturelles dont l’objectif est de les réconcilier avec la culture de l’Etat avec lequel ils étaient en guerre pendant un demi-siècle. Un processus d’identification est enclenché par la Rgistraduria pour enregistrer civilement les anciens guérilleros et leur fournir la documentation qui leur permettra d’exercer leurs droits civils.

La prochaine étape sera l’organisation de leur première occasion d’exercer leur droit de vote. En effet comme le précise l’intervenant, la Colombie connaitra 2 élections majeurs en 2018. La première se tiendra en mars, pour désigner les membres du congrès, et en mai se tiendra l’élection présidentielle.

Questions-réponses :

Q : Quelles ont été les raisons du vote pour le « non », les points de résistance qui ont fait que le non a été remporté plus naturellement que le vote escompté, le oui ?
R : Difficile de trouver un raisonnement expliquant la victoire du non. Il y a plusieurs facteurs qui ont conduit à celle-ci. Il a tout d’abord manqué la participation des opposants de l’accord de paix aux consultations et discussions sur le texte de l’accord. Il n’a pas existé au cours du processus de négociation une délibération ayant permis une confrontation des deux camps adverses. Il a également manqué une diffusion du contenu de l’accord, afin de montrer les bénéfices qui se dérivent, surtout dans les zones excentrées. Enfin la faible participation peut être vue comme un facteur de victoire.

Q : Comment va changer le processus électoral par rapport au plébiscite qui a eu lieu l’année dernière ?
R : L’organisation du processus sera presque le même, mais il y a une différence substantielle, dans les zones affectées par les conflits, il y aura des processus électoraux spéciaux. On va mettre en place des systèmes de représentation et d’élection spécifiques à ces zones.

Q : Quelles mesures de sécurité pour les ex-guérilleros ?
R : C’est un des défis les plus grands en Colombie, de garantir leur sécurité. C’est difficile à cause du territoire géographique qui pose plusieurs enjeux. L’état colombien va mettre en place un dispositif pour la protection des anciens guérilleros, par une coordination des forces de police.

Q : Quel est l’impact réel de l’entrée en politique des anciens FARC dans le processus politique traditionnel ? Est-ce que cette entrée va affecter la polarisation déjà existante ou va avoir un impact plutôt symbolique ?
R : On espère que la participation au processus électoral et l’intégration dans la politique des guérilleros va apporter un réel changement. Les FARC sont en train d’organiser leur parti politique, sous le même nom. Dans un mois, est attendue la reconnaissance officielle du parti politique de FARC, afin de participer aux élections de mars prochain. Il y a encore une certaine confusion autour de la participation de FARC aux élections.

Compte rendu réalisé par Lina MADAD et Florina CALIN

Conférence de rentrée : Le processus électoral en Colombie

Mardi 3 octobre 14 heures

Conférence de M. Juan Carlos Galindo Vácha, directeur de la Registraduria nacional del Estado civil de Colombie (organisme chargé de l’organisation des élections), « Le processus électoral en Colombie, et son organisation, dans le contexte du post-conflit, et des suites de l’accord de paix avec les FARC »

La Colombie se caractérise par l’existence d’un régime politique démocratique avec une organisation régulière d’élections libres et compétitives. Cela a permis la participation d’acteurs politiques aux orientations idéologiques différentes.
Le gouvernement colombien et la guérilla des FARC ont signé récemment un accord de paix qui permettra entre autres choses, la participation aux élections du mouvement politique issu de l’ancienne guérilla mais aussi incitera à la participation d’acteurs de la société civile.
La conférence abordera les raisons de la continuité du système électoral colombien et les défis actuels.


Lieu:
Amphithéâtre de l’Université de Lyon, à la MILC (35 rue Raulin, à côté du campus des Berges du Rhône)

Deux étudiantes du Master PIAT au salon des métiers de l’humanitaire

Le 26 novembre 2016 s’est tenue la 5ème édition du salon des Métiers de l’Humanitaire du Grand Genève à Annemasse, au complexe Martin Luther King. Cet évènement qui a lieu tous les 2 ans, a suscité le déplacement de deux étudiantes Diane Dromard et Samihate Hassan en Master 2 de Science Politique spécialisé en Politique international et analyse des transitions (PIAT). Cela a été l’occasion pour elles de découvrir ce qu’est le Salon des Métiers de l’Humanitaire, mais aussi d’aller à la rencontre de certaines ONG qui leurs étaient encore inconnues.

annemasse

A 10 heures nous arrivons sur les lieux après deux heures de route en covoiturage. Avant d’accéder au complexe, un passage aux portiques détecteurs de métaux est obligatoire. Après un petit contrôle nous arrivons dans une grande salle. Elle est divisée en plusieurs compartiments où chaque ONG tient son stand. Cependant l’endroit paraît étroit par rapport au nombre d’organisations présentes.

Une grande foule hétérogène remplissait déjà les lieux, des jeunes surtout. Plus d’une cinquantaine d’ONG ont pris part à cette rencontre, dont Action contre la faim, Médecins du monde, Afrane, Croix-Rouge Française, Islamic Relief, etc. Et leurs représentants tels des courtiers sont tous dans les starting-blocks pour publiciser leurs actions et leurs zones d’interventions. Pour attirer les visiteurs à leur stand, des ONG avaient adopté des stratégies marketing comme mettre des friandises à leur stand, pendant que d’autres distribuaient des marques pages ou des stylos. Certains stands étaient plus visités par rapport à d’autres, c’est le cas d’Action contre la faim, Handicap international, mais aussi Solidarités internationale. Les ONG les plus connues attiraient plus de monde à leur stand. Une minorité d’écoles de commerces et de l’humanitaire faisaient elles aussi leur promotion à l’exemple de l’Institut Bioforce, l’Université de Genève et l’Ecole 3A.

Une grande partie des ONG ont leur siège en Europe mais agissent à l’international. Afrane par exemple son siège est à Paris et elle milite pour la formation pédagogique (formation d’enseignants, bibliothécaires), la reconstruction (réhabilitation et construction d’établissement scolaires), l’équipement (mobilier et fourniture scolaire) en Afghanistan. Il en est de même pour Solidarités internationale son siège est également à Paris, elle agit surtout en Asie et en Afrique pour l’accès l’eau potable et son assainissement, l’aide alimentaire et la reconstruction d’habitat.

Nous sommes quasiment passées voir tous les exposants et certains étaient plus intéressants que d’autres. Par exemple Norlaha est l’ONG qui a interpelé Diane qui a eu un bon contact avec l’exposant. Son but est d’apporter un soutien aux populations himalayennes, en particulier les femmes, en mettant en place des programmes de développement durable pour les aider à sécuriser leurs revenus et à améliorer leur condition de vies.

Samihate quant à elle était intéressée par Première Urgence qui œuvre pour la couverture des besoins fondamentaux de victimes civiles mises en péril, marginalisées ou exclues suite à une catastrophe naturelle, de guerre et de situations d’effondrement économique. Ce qui paraissait beaucoup plus avantageux c’est que les stagiaires sont d’abord formés entre 3 et 6 mois et partent ensuite en action humanitaire sur le terrain.

Nous avons profité de notre venue au salon pour interroger quelques visiteurs. Nous voulions savoir quels pouvaient être les profils des personnes qui se rendaient au salon, quels avaient été leur parcours académique ou professionnel, quels pouvaient être leurs attentes et ce qu’elles pensaient de l’événement. Marie, 27 ans et Anne Gaelle, 28 ans, toutes deux amies sont diplômées de l’école Bioforce. Elles sont venues car elles habitent Annemasse, et puisque l’entrée est gratuite elles ont pensé que cela pouvait être l’occasion de faire un tour des ONG pour trouver un emploi sans réelle attente derrière. Jules, 20 ans quant à lui est accompagné par son père. Un collègue du père leur a recommandé le salon. Jules part dans quelques mois en mission humanitaire en Afrique, il voulait se familiariser un peu avec le monde des ONG et échanger avec des personnes du métier pour se préparer au mieux avant son départ. Nous avons également interrogé quelques exposants vis-à-vis du salon. Par exemple nous avons parlé à Soraya, chargée de projet pour l’ONG Islamic Relief. Elle nous a raconté que leur ONG était présente à toutes les éditions et que le salon accueillait un public très varié même si il y avait une majorité d’étudiants. Beaucoup d’étudiants qui comme nous sont à la recherche d’un stage. Cependant, elle nous a indiqué qu’elle avait rarement rencontré des étudiants venant d’une filière Science Politique et que la plupart des étudiants provenaient de parcours en Action humanitaire. Pour son ONG, le but principal de la journée était de pouvoir recruter un nouvel employé pour leur ONG. Ainsi, nous avons pu voir que le salon était composé d’un public très hétérogène, si certains viennent seulement pour « jeter un coup d’œil », beaucoup de personnes ont compris que les salons comme celui-ci étaient un moyen de contact direct pour pourvoir ses objectifs professionnels.

L’évènement en lui-même est intéressant dans le sens où il permet d’aller à la rencontre d’acteurs professionnels. Toutefois on a l’impression parfois d’être dans une vente aux enchères. La plupart des ONG vantent leurs mérites tout en dévalorisant parfois sans forcément en avoir conscience une autre ONG active dans le même champ d’action « nous nous faisons ceci… alors que l’autre ne se limite qu’à ».. Le salon en soit est une représentation de ce que peut être la concurrence entre les ONG. Les plus grosses ONG peuvent être les plus déroutantes et donnent l’image de véritables entreprises, brassant des sommes d’argent astronomiques, affichant de belles ambitions ainsi qu’une éthique et prônant les valeurs des droits de l’Homme. Mais ces ONG donnent l’impression d’imposer un certain modèle (occidental ?) dans les pays dans lesquels elles interviennent et nous regrettons le manque de la présence de plus d’ONG locales.

Master Politique Internationale et analyse des transitions